Geisha : Histoire, Origine, Signification

Une geisha, terme japonais qui signifie « personne d’art », est une professionnelle de l’art du divertissement au Japon, vouée à la performance artistique sous diverses formes, telles que le chant, la danse, et même les jeux de société traditionnels. Les geishas sont des femmes, bien que dans l’histoire ancienne du Japon, certains hommes aient également pratiqué cette profession. Elles sont des figures emblématiques du Japon, représentant la culture traditionnelle et l’élégance.

Le concept de la geisha a émergé au XVIIe siècle, pendant la période Edo, une ère de paix et de prospérité au Japon. À l’origine, les geishas étaient principalement des hommes, appelés « taikomochi », qui divertissaient les invités lors des fêtes et des rassemblements. Avec le temps, les femmes ont commencé à adopter ce rôle, offrant aux clients une combinaison de performances artistiques, de conversation éclairée et de compagnie. Au XVIIIe siècle, les femmes geishas, connues sous le nom de « geiko » dans certains dialectes, avaient dépassé les hommes en nombre et en popularité. Toutefois, la profession de geisha a toujours été régie par des règles strictes et des normes élevées.

L’importance de la Geisha dans la culture japonaise

Les geishas ont une importance significative dans la culture japonaise. Elles sont perçues comme les gardiennes de la tradition japonaise, préservant les arts et les coutumes ancestrales. Leur présence même symbolise un lien avec le passé, une continuité dans une société japonaise en constante évolution. Elles sont respectées pour leur maîtrise des arts traditionnels japonais et pour l’élégance et la grâce avec lesquelles elles les présentent.

Leur rôle dans la société japonaise est également important. Les geishas offrent un service de divertissement haut de gamme, apportant de la joie et du divertissement lors des fêtes et des rassemblements. Leur présence lors de ces événements est souvent considérée comme un signe de prestige et de statut social. De plus, elles jouent également un rôle social en assurant la transmission de la culture traditionnelle japonaise aux générations futures.

Comprendre les mythes et les idées fausses sur les Geishas

Malgré leur importance culturelle, il existe de nombreux mythes et idées fausses sur les geishas. L’une des idées fausses les plus courantes est qu’elles sont des prostituées, ce qui est loin de la vérité. Bien que certaines femmes aient été contraintes à la prostitution pendant les périodes difficiles de l’histoire japonaise, ce n’est pas le cas des geishas. Les geishas sont des artistes et des interprètes, et leur profession repose sur la préservation et la présentation des arts et de la culture traditionnels japonais.

Une autre idée fausse courante est que toutes les femmes vêtues d’un kimono et portant un maquillage blanc sont des geishas. En réalité, seules les femmes qui ont suivi une formation rigoureuse et ont été formellement reconnues comme geishas peuvent porter ce titre. De plus, le maquillage blanc distinctif, connu sous le nom de shironuri, n’est porté que par les geishas et les apprenties geishas, appelées maiko, lors de certaines occasions spéciales.

La vie d’une geisha

Le voyage de Maiko à Geiko

Devenir une geisha n’est pas une tâche facile. C’est un processus long et rigoureux qui commence généralement dans l’adolescence. Une jeune fille qui aspire à devenir geisha doit d’abord être acceptée comme apprentie dans une maison de geisha, appelée okiya. Cette période d’apprentissage, appelée maiko, peut durer de cinq à six ans. Pendant cette période, la maiko vit dans l’okiya et suit une formation intensive en musique, danse, jeux traditionnels et conversation.

Une fois qu’elle a maîtrisé ces compétences, la maiko est promue au rang de geiko, ou geisha à part entière. Ce passage est marqué par une cérémonie appelée erikae, ou « changement de col ». Après cette cérémonie, la geisha peut commencer à travailler indépendamment, bien qu’elle reste généralement affiliée à son okiya. Dans certaines régions du Japon, comme Kyoto, le terme geiko est préféré à geisha.

Le talent artistique : musique, danse et jeux

Les geishas sont connues pour leur maîtrise de divers arts traditionnels japonais. L’une des compétences les plus importantes qu’elles doivent maîtriser est la musique, en particulier le shamisen, un instrument à trois cordes qui est un élément central de la musique de geisha. Elles doivent également apprendre à jouer du koto, une sorte de cithare, et du taiko, un tambour japonais.

La danse est une autre compétence essentielle pour une geisha. Les geishas apprennent une forme de danse traditionnelle japonaise appelée nihon buyo, qui combine des éléments de théâtre kabuki et de danses folkloriques. En plus de la musique et de la danse, elles doivent également maîtriser divers jeux de société traditionnels, tels que le konpira fune-fune et l’ozashiki asobi, qui sont souvent joués lors des fêtes et des rassemblements.

La vie quotidienne et les responsabilités d’une geisha

La vie quotidienne d’une geisha est régie par un horaire strict et des responsabilités importantes. Leurs journées commencent généralement tôt, avec des leçons de musique, de danse et d’autres arts. Dans l’après-midi, elles se préparent pour le travail du soir, qui comprend des rendez-vous avec des clients dans des maisons de thé, des restaurants ou des okiya. Ces engagements peuvent durer jusqu’à tard dans la nuit.

En plus de leurs responsabilités professionnelles, les geishas ont également des obligations envers leur okiya et leur communauté. Elles doivent aider à entretenir l’okiya et participer à divers événements et cérémonies communautaires. Malgré ces exigences, les geishas prennent grand soin de maintenir leur apparence et leur comportement à un niveau élevé, conformément aux normes de leur profession.

Les geishas des temps modernes

Défis et changements dans la profession de Geisha

Au cours du XXe siècle, la profession de geisha a connu de nombreux défis et changements. L’urbanisation rapide, la modernisation et l’occidentalisation du Japon ont entraîné une diminution du nombre de geishas et un changement dans leur rôle traditionnel. De plus, la perception publique des geishas a également changé, avec l’émergence de stéréotypes et de malentendus sur leur profession.

Malgré ces défis, les geishas continuent de jouer un rôle important dans la société japonaise. Elles se sont adaptées aux changements en incorporant de nouveaux éléments dans leur art et en utilisant des technologies modernes pour promouvoir leur profession. Par exemple, certaines geishas utilisent désormais les médias sociaux pour partager leur art et leur vie quotidienne avec le public.

Le rôle des geishas dans la société japonaise contemporaine

Dans la société japonaise contemporaine, les geishas continuent d’être respectées pour leur maîtrise des arts traditionnels et leur dévouement à la préservation de la culture japonaise. Bien que leur nombre ait diminué, elles demeurent une présence importante dans les quartiers de geishas, appelés hanamachi, et lors d’événements culturels et de célébrations.

Le rôle des geishas a également évolué pour répondre aux besoins de la société moderne. Elles continuent d’offrir des services de divertissement haut de gamme, mais elles ont également commencé à jouer un rôle plus actif dans la promotion de la culture japonaise à l’étranger. De plus, certaines geishas ont commencé à utiliser leur statut pour défendre des causes sociales, comme la protection de l’environnement et l’égalité des sexes.

L’avenir de la tradition des Geishas

L’avenir de la tradition des geishas est incertain, mais il y a des signes d’espoir. Malgré les défis, de nombreuses jeunes femmes continuent de choisir la profession de geisha et de se consacrer à la maîtrise des arts traditionnels japonais. Par ailleurs, il y a un intérêt croissant pour la culture des geishas, tant au Japon qu’à l’étranger, ce qui pourrait aider à préserver cette tradition unique.

D’autre part, les geishas et les hanamachi font face à de nombreux défis, notamment le vieillissement de la population, le coût élevé de la formation et de la vie, et la concurrence des formes modernes de divertissement. Pour survivre, ils devront continuer à s’adapter et à innover, tout en préservant l’essence de leur tradition. Quel que soit l’avenir, les geishas resteront un symbole précieux de la culture et de l’histoire japonaises.

En conclusion, l’histoire, l’origine et la signification des geishas dans la culture japonaise sont profondément enracinées et reflètent la richesse de cette tradition unique. Leur art, qui trouve des échos dans le théâtre japonais, illustre une expression culturelle raffinée, mêlant performance, musique et danse, et rappelle la sophistication dramatique du Noh et du Kabuki. De même, la calligraphie japonaise, avec sa quête de beauté dans chaque trait, est parallèle à la minutie et à l’élégance des geishas dans leur métier. Enfin, bien que les geishas ne soient pas directement liées au bouddhisme japonais, elles partagent avec cette tradition une profondeur de pratique et une attention à la spiritualité dans l’art, reflétant une harmonie et une discipline qui sont au cœur de nombreuses formes d’expression culturelle japonaise.

Ainsi, les geishas ne sont pas seulement des figures emblématiques de la culture japonaise ; elles sont un pont entre diverses formes d’art et de spiritualité, témoignant de la richesse et de la diversité de l’héritage culturel du Japon.

4.7/5 - (12 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
Retour en haut