Comment nouer une ceinture obi ?

Depuis plusieurs millénaires, des tenues spécialement conçues pour des occasions particulières, mais aussi des tenues du quotidien occupent une place importante dans la mode japonaise. Comme principal accessoire, la ceinture obi est le plus souvent utilisée. À la différence des autres ceintures auxquelles nous sommes habitués, la ceinture obi est nouée de manière assez particulière sur le kimono femme. Voyons donc comment procéder pour ce faire.

Comment on définit  “Obi” ?

Un obi est une ceinture traditionnellement utilisée, de nos jours aussi d’ailleurs, pour servir d’accessoire aux tenues japonaises comme le kimono et le yukata. La ceinture obi étant une longue et large bande de tissu soyeux, elle ne dispose pas de fermeture, à la différence des autres ceintures classiques. Selon les préférences, il est possible de trouver des ceintures obi de différentes couleurs et motifs, en prenant compte le thème de l’occasion (festivals, visite officielle, cérémonie de thé…).

Quelles sont les différentes sortes de nœuds obi ?

Si vous pensez que le nœud obi est unique, détrompez-vous. On en distingue plusieurs notamment les plus anciens connus comme le nœud bunko, le plus simple à faire, mais aussi le plus élégant. Aussi, il y a le nœud plat, le nœud otaiko, le nœud chidori, le nœud tateya et le nœud kai no kuchi. Avec le temps, on a remarqué de nouvelles façons de nouer la ceinture obi. De là, il y a eu le nœud fukura suzume, le nœud darari, le nœud washikusa et bien d’autres nœuds obi particuliers du type musubi comme le haru no tana bara.

Comment nouer la ceinture obi ?

Étant donné sa valeur, la ceinture obi est tenue à être nouée de manière spéciale sur un kimono. Voici comment on fait un nœud obi bunko, simple et facile, mais très élégant :

  • Plier  la ceinture obi en deux en prenant 45cm de longueur de chaque extrémité. La partie pliée sera le tesaki et le reste sera le tare.
  • Faire passer le tesaki sur l’épaule droite et enrouler le tare sur la taille (2 à 3fois) tout en laissant l’espace nécessaire pour faire le nœud.
  • Faire un nœud croisé. Attention, il faut toujours que le tesaki soit au-dessus du tare.
  • Enrouler le reste du tare sur lui-même, c’est-à-dire sur la taille.
  • Faire passer le reste  du tesaki par-dessus le centre du noeud croisé et il faut bien serrer pour le maintenir en place. De ce fait vous aurez alors un nœud papillon.

Retourner le nœud à l’arrière, dans le dos.

5/5 - (18 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
error: Le contenu est protégé !!
Retour en haut